Quasi canto
2009
Solo, Electronique
effectif :
Solo, Electronique
durée :
9 mn 30

création en novembre 2009, au Studio Ansermet de Genève dans le cadre du Concours International de Percussion

 

La partie électroacoustique est disponible sur le cd vendu avec la partition. Il s’agit d’une musique stéréo.
La pièce est structurée pour pouvoir être interprétée suivant plusieurs versions différentes, suivant la permutation choisie des 3 parties constituantes. Le cd fournit toutes les solutions possibles, immédiatement accessibles.

 

partition et cd des sons fixés : édition Alfonce Production

présentation :

à Jean Geoffroy

 

    Trois parties, non pas indépendantes, mais interchangeables, définissent trois mondes sonores distincts, dominés par un dessin unificateur.

    Les particularités de chacun de ces univers dépendent d’abord des instruments qui les habitent principalement : peaux et petits bois d’un côté, gongs et tambours de bois d’un autre, ou enfin petites percussions marquées par les métaux aigus. La partie électroacoustique induit bien évidemment l’esprit de chaque partie.

    Les caractères s’individualisent également au travers des tempi et des dynamiques, mais surtout par la façon de faire sonner les percussions et la bande, plus ou moins rythmique, plus ou moins profonde, plus ou moins claire.

    Chacune des trois parties contient en son sein des fragments des deux autres, comme des inclusions à l’intérieur d’un cristal. Suivant l’ordre choisi par l’interprète, ces moments ont une valeur d’anticipation, ou au contraire de mémoire.

    Quant à la volonté unificatrice, c’est celle qui considère la percussion comme capable d’élaborer des lignes chantées, même dans les successions rythmiques de doubles croches dont la vitesse est forcément maintenue par l’allure de la bande, même si la synchronisation exacte n’est souvent pas à rechercher à tout prix.

   Suivant l’ordre des parties choisi par l’interprète, il existe quatre versions possibles de “Quasi canto”.

extrait audio :
extrait vidéo :