Dulwan nimindi
2004
Dirigé, Electronique
effectif :
mezzo-soprano, flûte (flûte basse), clarinette en la, cor de basset (clarinette basse, clarinette contrebasse), accordéon, 2 violoncelles, percussion, dispositif électroacoustique temps-réel
durée :
12 mn 30

commande GRAME

création en mars 2004 à St Etienne, par Tricia Hayward, l’EOC- Ensemble Orchestral Contemporain, direction Lorraine Vaillancourt, technique GRAME

 

La partie électroacoustique est diffusée en 8 points. Autour des questions techniques sur le système informatique faisant tourner le patch MaxMSP, contacter le compositeur.

 

présentation dans la “Conférence de Beauvoir” : Youtube

 

partition : fichier pdf  gratuit sur demande au compositeur

présentation :

à Banggal, Ngarjno, Nyawarra et Ungudman

    “Dulwan nimindi” est fondé sur des éléments de la culture et de la pensée aborigène en Australie (ou du moins sur ce que j’ai pu en comprendre jusqu’ici…).
    Le texte – qui cite par ailleurs deux brefs extraits d’œuvres poétiques aborigènes – repose essentiellement sur quelques paroles de quatre hommes Ngarinyin du Kimberley, au nord-ouest de l’Australie.
    Leurs explications ont été recueillies sur les lieux mêmes où les ancêtres artistes avaient peint des formes riches en significations secrètes et sacrées. Elles ont été éditées, et c’est ainsi que j’en ai eu connaissance. Elle témoignent d’une connaissance et d’une tradition qui vivent “encore et encore”.
    C’est dans ce contexte que figurent dans la partie chantée quelques mots de leur langue Ngarinyin, qui se mêlent à l’anglais (qu’ils parlent aussi), et à des éléments de traduction en français.
    Le titre “Dulwan nimindi” peut être compris comme le chemin de la connaissance, la transmission de ce bien partagé par tous qu’est le savoir, en particulier grâce à l’art, et ainsi cette composition – comme les autres – est elle aussi, à son échelle, une contribution à notre chemin collectif.


    Dix parties brèves constituent la pièce, en s’enchaînant la plus part du temps sans interruption.

1. Il y a des choses secrètes (Stop ! pas plus loin. Les pierres dressées, Jallala, indiquent un lieu sacré. Tu dois écouter …)
2. Jillinya (Matriarche Primordiale)
3. The path we follow (… ce chemin est celui qu’avait suivi Wanjina, puissance créatrice source de toute vie)
4. Snake dreaming
5. Guloi mangarri (un arbre et son fruit, symboliques de l’énergie de création)
6. Wungud (énergie des choses vitales)
7. Rêve très secret
8. Wanjina
9. His own story (“On peut respecter les autres peuples quand on connait sa propre histoire”)
10. Dulwan nimindi (le rêve n’a pas de fin …)

extrait audio :
extrait vidéo :