Chaque atome de silence est la chance d'un fruit mûr
2016
Solo
effectif :
basse de viole à 7 cordes
durée :
13 mn 15

création le  2 décembre 2018 au Lavoir Public à Lyon, dans le cadre des « Les rencontres contemporaines » par Marianne Muller

partition : fichier pdf  gratuit sur demande au compositeur

présentation :

à Marianne Muller

 

    Les trois parties successives de « Chaque atome de silence est la chance d'un fruit mûr », pour basse de viole à sept cordes, conduisent le long d’un chemin où l’extériorisation de l’énergie est de plus en plus manifeste.
    La première partie, très calme si ce n'est quelques rapides fulgurances, tire une partie de son idée première d'une sonate pour violon seul de Bach. Elle est marquée par la place importante qu'y prennent les sons harmoniques.
    La seconde est principalement portée par de rapides arpèges qui entrainent avec eux d'autres figurations véloces. C'est le rythme résultant de tous ces enchaînements qui est au cœur de cette partie.
    Enfin, la troisième partie commence par exposer - de façon quelque peu étrange - une douzaine de fragments, brefs et séparés par des temps de silence parfois longs. Immédiatement après, cette structure est exactement répétée mais les silences sont maintenant emplis d'une matière musicale dense. Le principe de répétition se poursuit tout en imposant des éliminations de plus en plus importantes, jusqu'à ce que le motif résiduel finisse par tournoyer sur lui même.
    Le titre de la pièce, emprunté à Paul Valéry, ne fait pas tant allusion aux silences de cette dernière partie qu'aux nombreuses respirations de la première, ouvertures à l'imaginaire et aux possibles, dans la continuité avec les sons harmoniques. C'est ce sens et cette richesse que portent les réapparitions, tout au long de la pièce entière, de fragments de la première partie.